Vous êtes dans :

Premier(s) pas

Danse

Samedi 28 mars
20h30

Avec Être là, la chorégraphe Nawal Lagraa Aït Benalla interroge les notions de présence et d’affirmation de soi du danseur. De son côté, dans Ha’mim, Abou Lagraa s’inspire de Jean-Sébastien Bach pour explorer le territoire de l’intime. 

Deux chorégraphes, deux approches de la danse marquées à chaque fois par la volonté d’associer des interprètes issus de différentes disciplines : hip hop, jazz ou formation classique. Telle est l’idée de Premier(s) pas, soirée en deux temps avec, en première partie, Être là, chorégraphie signée Nawal Lagraa Aït Benalla où l’espace scénique est envisagé comme un lieu d’expression aussi bien de l’innocence que du désir d’émancipation. En deuxième partie, avec Ha’min, qui signifie « intime » en arabe, Abou Lagraa a conçu une construction dramaturgique, où solos et duos sont entrecoupés par de grands ensembles, permettant de glisser de la structure homogène du groupe au détail infime d’une gestuelle mettant à nu la vulnérabilité de l’individu, sa solitude face à la société.

Être là
Musique Olivier Innocenti
Lumière Alain Paradis
Costumes Charlotte Pareja - La belle trame


Ha’mim
Musique Jean-Sébastien Bach, musique enregistrée interprétée par Hélène Schmitt au violon Sonata per violino senza basso accompagnato N°1 BWV 1001 andante, fuga, presto, giga / Sonata per violino senza basso accompagnato N°2 BWV 1003 andante, allegro / Sonata per violino senza basso accompagnato N°2 BWV 1004 / Ciaccona
Lumière Alain Paradis
Costumes Charlotte Pareja - La belle trame

_

Un programme développé par la Cie La Baraka et les Fondations Edmond de Rothschild
Coproduction Théâtre de Suresnes Jean Vilar/Suresnes cités danse 2020 / Théâtres de la Ville de Luxembourg / Chaillot – Théâtre National de la Danse