Vous êtes dans :

Christiane Taubira, Marraine de la 5ème édition des Courts-métrages en Liberté

  • Courts-métrages en Liberté
  • Scolaire
  • Champ social

Pour la 5ème année consécutive, Le Liberté, scène nationale de Toulon, initie un projet de sensibilisation citoyenne à travers des ateliers de réalisation de films : Les Courts-métrages en Liberté.

Chaque année, une thématique est choisie afin de sensibiliser les jeunes et de les faire réfléchir sur un sujet de citoyenneté. Après le harcèlement à l’école, le respect filles/garçons, le racisme et l’antisémitisme et le rapport à l’argent, les jeunes participants à ce vaste projet s’attèleront cette saison aux questions liées aux sexualités et aux discriminations qui en découlent. Ces actions culturelles s'inscrivent dans la cadre du Théma Féminin Masculin, qui questionne aussi bien l'égalité entre les sexes que notre rapport au genre.

Pascale Boeglin Rodier et Charles Berling, directeurs de la scène nationale Châteauvallon-Liberté, ont demandé à celle qui est connue pour son appétence à dialoguer avec la jeunesse, son engagement dans la défense des droits humains et son rôle déterminant dans la loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels, de "marrainer" cette édition. 

Madame Christiane Taubira nous a fait l'immense honneur d'accepter d'être la Marraine de cette 5e édition des Courts-métrages en LibertéÀ ce titre, elle accompagnera, entre autres, les débats de la Journée de clôture et la soirée de projection des films le 13 mai 2019. Environ 1400 personnes sont attendues à cette occasion. 

Depuis début novembre, les ateliers se succèdent pour sensibiliser les jeunes et démarrer le travail d'écriture, de jeu et d'organisation des tournages. Ces derniers auront lieu au Lycée Dumont d’Urville (Toulon) les 14 et 15 janvier 2019, au Lycée professionnel régional du Parc Saint-Jean (Toulon) les 31 janvier et 1er février, puis à Châteauvallon, avec les jeunes issus de la PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse) et du Centre social Toulon Ouest courant février et mars.

90 jeunes sont impliqués dans ce projet, encadrés par 12 enseignants, éducateurs et accompagnateurs, sans oublier l'équipe des artistes-intervenants, coordonnée par le service des relations avec le public du Liberté. Ce dispositif d'actions innovant bénéficie du soutien financier de la DRAC Provence-Alpes-Côte d'Azur, de l’Acsé dans le cadre de la Politique de la Ville, de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et de la DILCRAH. Sur le terrain, ces actions peuvent être entreprises grâce au soutien et à l'expertise de l’Éducation Nationale, du Défenseur des Droits et de l'association Les Ouvreurs.

Actions !