Le Liberté Actions !

Actions !

Aux sources du réel - Rencontre entre un dramaturge et un metteur en scène

  • Stages et actions ciblées
  • Autour des spectacles
  • Tout public
  • Conservatoire TPM

La saison dernière, Jacques Serena et Jean-Louis Martinelli ont recueilli les paroles de jeunes de Seine-Saint-Denis et de jeunes suivis par la Protection Judiciaire de la Jeunesse à Toulon et leurs familles, avec l’envie de mettre au cœur de leurs recherches artistiques une parole et des questions de société que nous entendons rarement.

Dans la continuité de ces rencontres et de ces entretiens, Jacques Serena a écrit un texte théâtral : Mélangeur.

Naturellement, l’envie de travailler ce texte en atelier s’est imposée, et nous avons organisé cette journée en partenariat avec le Conservatoire TPM.

29 élèves du Conservatoire, des cycles 2 et 3, ainsi que des adultes amateurs sont donc venus rencontrer Jacques Serena et Jean-Louis Martinelli, et découvrir cette pièce.

Après avoir travaillé des passages du texte en groupe avec Jean-Louis Martinelli, les participants sont passés au plateau. L’enjeu de travail était de nourrir ses sensations de jeu avec des questions telles que : qu’est ce qui nous rassemble pour raconter une histoire ? Comment s’imprégner de la profondeur d’un texte ?

Profitant de la présence de l’auteur, ils ont pu tous ensemble tenter de « rentrer dans l’écriture », trouver les adresses (à qui je parle ?), tenter de trouver la tension dans chaque situation.

L’exercice était difficile : en si peu de temps, il fallait à la fois découvrir un texte, s’imprégner de l’écriture singulière de Jacques Serena, découvrir un groupe et enfin expérimenter au plateau des tentatives de jeu.

Les participants ont relevé le défi avec enthousiasme. Ils ont pu mesurer la chance de travailler à la fois avec un auteur et un metteur en scène : les échanges ont été passionnants, notamment sur le sens de chaque extrait joué.

En fin de journée, les participants ont pu échanger avec Jean-Louis Martinelli autour du spectacle Nénesse programmé la veille au Liberté et que chacun avait vu. Une fois encore, le metteur en scène a réaffirmé son envie de parler du monde dans lequel nous vivons, et notamment de la manière de traiter au théâtre la parole réactionnaire.

 

Extrait de Mélangeur :

« Je vais peut-être bouger. (Il ne bouge pas). Oh, attends. L’autre matin, tu sais pas. Une femme à l’arrêt de bus, seule, bien sapée et tout, j’étais là à la regarder, elle lisait un livre, Arthur Rimbaud, ça avait l’air de bien lui plaire, alors moi, je me suis approché, j’ai regardé la page qu’elle lisait, c’était écrit Parade, mais je te jure, sapée, la femme, je me suis dit elle est seule, elle connaît personne, je vais lui parler, je lui ai dit j’aime bien cet arrêt de bus le matin c’est calme, et elle, sans me regarder, elle a dit Vous voyez pas que je lis. J’étais dégoûté, je suis parti mais cette femme j’y pensais toujours, alors j’ai été dans la librairie, j’ai trouvé le livre d’Arthur Rimbaud, j’ai trouvé où il y avait Parade, j’ai piqué la page, et ce matin je suis retourné à l’arrêt de bus, la femme est arrivée et moi j’étais là avec ma page, je lisais tu vois en remuant comme ça la tête genre le type qui trouve ça trop beau, ça a marché, la femme m’a dit vous aimez ce poème, et moi je lui ai fait oh tu vois pas que je lis. »